Une gravure de la bataille de Seneffe.

Librairie L’oiseau Lire Mons | 20 septembre 2018 | commentaire(s)

Bataille de Séneff. Grand-Condé – 11 Aout 1674. Paris, Rapet, 1819.
Eau-forte de Bovinet fils (terminée par Bovinet père) d’après un dessin de Pierre Martinet extraite de l’ouvrage d’Auguste Jubé de La Pérelle : Le temple de la gloire, ou Les fastes militaires de la France, depuis le règne de Louis XIV jusqu’à nos jours (en regard de la p. 68).

Dimensions :
   – Trait carré : 322 x 197 mm.
– Cuvette : 385 x 263 mm.
– Feuille : 429 x 285 mm.

Extrait de l’ouvrage de Jubé de La Pérelle :
   L’armée ennemie s’avançait dans le défilé, vers Binch, et elle marchait divisée en trois corps qui se suivaient l’un l’autre, ce qui fournissait au général français les moyens de les attaquer en détail.
L’avant-garde, composée d’Allemands, était commandée par le comte de Souche ; le prince d’Orange, à la tête des Hollandais, conduisait le corps de bataille ; les Espagnols formaient l’arrière-garde sous les ordres du marquis d’Assentar, du comte de Louvigny, et du prince de Vaudemont qui commandait quatre mille chevaux tirés des trois nations. Le comte de Monterey, ne pouvant commander en chef, ni servir sous les ordres de Guillaume, n’était là que comme simple volontaire.
Condé, à la première nouvelle de leur marche, monte à cheval, se porte rapidement sur sa gauche, au-delà du Piéton, et gagne une hauteur d’où il observe tous leurs mouvemens. A peine eut-il jeté un coup-d’œil sur leurs dispositions, qu’il dit à ceux qui l’accompagnaient : « Du moins, je suis assuré de battre leur arrière-garde. » Il avait alors, avec lui, les Gardes-du-Corps, et quelques brigades d’infanterie et de cavalerie. Aussitôt il se prépare à commencer l’attaque. On voyait briller dans ses yeux le même feu, la même vivacité qu’il avait dans ses premières campagnes. Cette occasion favorable qu’il trouvait de combattre, le tirait d’une inaction pénible : c’était un esclave qui venait de rompre ses fers. Dans le temps qu’il donnait ses ordres à MM. de Luxembourg, Navaille et Rochefort, il aperçut un bois voisin de l’endroit où il voulait engager l’affaire ; il craignit qu’il n’y eut des ennemis cachés derrière, pour le prendre en flanc, et il prit le parti d’aller lui-même reconnaître ce bois. Tous ceux qui l’accompagnaient s’offrirent d’y aller pour lui ; mais il leur répondit : « que dans une chose d’une si grande importance, un général devait tout voir par ses yeux. » Il partit au galop, et après s’être assuré qu’il n’y avait point d’ennemis dans ce bois, il revint promptement sur ses pas, et fit ses dispositions pour l’attaque.

40 euros (code de commande : 26944).

Commentaires

Aucun(s) commentaire(s) pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*
*